Première femme biélorusse dans l'espace : une hôtesse de l'air rejoint l'ISS

Première femme biélorusse dans l’espace : une hôtesse de l’air rejoint l’ISS

Le samedi 23 mars a marqué une étape historique pour la cosmonautique biélorusse avec le lancement de Marina Vasilevskaya, la première femme biélorusse dans l’espace. Vasilevskaya, dont la profession originale est hôtesse de l’air et instructrice de vol chez Belavia Airlines, a échangé son uniforme contre une combinaison de pression Sokol russe pour sa mission vers la Station Spatiale Internationale (ISS). Embarquée à bord du vaisseau spatial Soyuz MS-25 de la Russie aux côtés du cosmonaute Oleg Novitski de Roscosmos et de l’astronaute de la NASA Tracy Caldwell Dyson, leur voyage a débuté depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan.

Un vol historique à partir de baïkonour

Le départ de ce trio cosmique s’est effectué depuis la rampe de lancement 31/6 du cosmodrome de Baïkonour à 8h36 EDT, ouvrant la voie à cette mission exceptionnelle. Leur transporteur, la fusée Soyuz-2.1a, a dû surmonter un report de lancement suite à une alerte de basse tension issue d’un équipement au sol. Cependant, neuf minutes après leur décollage, le signal que le Soyuz s’était établi sur une orbite terrestre fut donné par l’envolée d’une petite figurine de « Sharik », un chiot noir et blanc célèbre d’un dessin animé soviétique, attaché à un fil comme indicateur d’absence de gravité. Leur capsule s’est ensuite positionnée pour s’amarrer automatiquement à l’ISS, après avoir gravité autour de la planète à 34 reprises.

Marina vasilevskaya : représentante nationale et héroïne moderne

La sélection de Vasilevskaya comme participante à ce vol spatial résulte d’un concours national organisé par l’Académie des Sciences de Biélorussie et l’Agence Spatiale Biélorusse, parmi plus de 3 000 candidates. Vasilevskaya, au-delà de son rôle initiale dans l’aviation civile, a également une carrière préalable de danseuse de salon professionnelle. Son engagement dans cette mission est le reflet de son éthos de travail remarquable, admiré par ses collègues et formateurs, en particulier dans la gestion des situations d’urgence et les changements d’équipements sous pression.

La mission accueille également Oleg Novitski et Tracy Caldwell Dyson, des vétérans de l’espace aux longues carrières et multiples missions. Novitski, faisant son quatrième voyage vers l’ISS, apporte une expérience considérable accumulée sur plus de 531 jours dans l’espace. Tandis que Dyson, chimiste et astronaute depuis le groupe 17 de la NASA, compte déjà plus de 188 jours en apesanteur. Ensemble, ils représentent une équipe diverse et expérimentée, prête à relever les défis de cette expédition.

Première femme biélorusse dans l'espace : une hôtesse de l'air rejoint l'ISS

L’iss : un carrefour cosmique pour l’histoire et la coopération

À leur arrivée, l’équipage intégrera la mission Expedition 70, accueillis par le commandant de l’expédition Oleg Kononenko, aux côtés d’autres membres internationaux de Roscosmos et de la NASA. Ils y effectueront des recherches, des expériences, et participeront à la maintenance de l’avant-poste orbital, contribuant ainsi à la longue histoire de collaboration scientifique et d’exploration spatiale hébergée par l’ISS. Vasilevskaya et Novitski prévoient un séjour d’environ 12 jours, après lesquels ils retourneront sur Terre avec O’Hara à bord du Soyuz MS-24, marquant ainsi la fin de cette visite historique.

Le lapin Sharik n’est pas seulement un indicateur d’absence de gravité, mais également un symbole de légèreté et d’esprit d’équipe pour l’équipage du Soyuz MS-25, rappelant les traits humoristiques et la camaraderie essentielle dans les missions spatiales. Cette mission non seulement ajoute un nouveau chapitre à l’histoire spatiale biélorusse mais renforce également les liens internationaux à travers la coopération spatiale.

Implications et perspectives futures

Ce voyage spatial marque un cap décisif, non seulement pour la Biélorussie mais pour la communauté spatiale mondiale, soulignant l’importance de l’inclusion et la diversité dans le domaine de l’exploration spatiale. Le choix de Vasilevskaya comme la première femme biélorusse dans l’espace, à travers un processus démocratique et compétitif, inspire et met en avant l’importance croissante des contributions des femmes dans ce secteur. Ces efforts collaborent avec les objectifs globaux des agences spatiales, tel que discuté dans des articles dédiés comme celui sur la préparation de la NASA à défendre son budget 2025, pour l’avancement de l’exploration spatiale.

À mesure que le monde continue de repousser les frontières de ce qui est possible, la mission de Vasilevskaya, Novitski et Dyson à l’ISS représente non seulement une réussite biélorusse ou russo-américaine, mais un triomphe de l’esprit humain. Les répercussions de cette mission s’étendront bien au-delà de son achèvement, influençant les générations futures de scientifiques, d’ingénieurs et de rêveurs, les encourageant à regarder vers les étoiles et à imaginer ce qui pourrait être.