L'atterrisseur japonais SLIM se réveille et capture des images lunaires

L’atterrisseur japonais SLIM se réveille et capture des images lunaires

À peine dix jours après son atterrissage historique sur la Lune, le petit atterrisseur lunaire japonais SLIM s’est relevé d’une situation pour le moins inattendue. Conçu par la Japan Aerospace Exploration Agency (JAXA), l’appareil s’était posé en situation délicate, à l’envers, plongeant ses panneaux solaires dans l’ombre et entraînant une rapide décharge de ses batteries. Toutefois, l’espoir de le voir se réactiver s’est concrétisé lorsque les premiers rayons du soleil ont touché l’appareil retourné sur le sol lunaire.

Le slim réveillé par le soleil lunaire

Ce rebondissement prometteur survient après que l’engin, officiel d’une mission intitulée Smart Lander for Investigating Moon, a réussi à se poser sur la surface lunaire le 19 janvier. Le calme inquiétant qui a suivi sa mise en veille a été rompu le 28 janvier, moment où le SLIM a renoué le contact avec la Terre, permettant aux ingénieurs de JAXA de reprendre les opérations.

Les équipes au sol ont réagi avec empressement, lançant des observations scientifiques grâce à la caméra multibandes (MBC) montée sur le module. Cette caméra sophistiquée a d’ailleurs capturé dès sa première lumière des clichés du sol lunaire, expression désignant la première série d’images obtenue par un instrument. La MBC se consacre principalement à l’analyse spectrale de la lumière réfléchie par la surface lunaire, à la recherche de la composition en olivine, un minéral révélateur des premières étapes de formation des mondes rocheux comme notre Terre. D’après une étude de 2010 parue dans la revue Nature et à laquelle JAXA a contribué, l’olivine pourrait être concentrée en des lieux où la croûte lunaire est plus fine, telle que le pôle sud de la Lune, région ciblée par des projets d’exploration impliquant la NASA, le Japon et d’autres nations.

Une mission scientifique reprise avec succès

L’inattendu réveil du SLIM a permis de reprendre les observations et d’envoyer de nouvelles images de sa zone d’atterrissage. Récupérées le même jour, ces photos détaille un terrain jonché de débris d’impact anciens au sein du cratère Shioli, situé dans la Mare Nectaris ou Mer des Nectars. L’attention de la JAXA s’est portée vers l’analyse des rochers capturés par les images, attribuant à chacun un surnom canin pour représenter leur taille relative et simplifier la description de leurs dimensions, du plus petit « caniche nain » au plus imposant « Saint-Bernard ».

Les perspectives scientifiques s’améliorent pour SLIM, qui se prépare à effectuer des observations spectroscopiques haute résolution en dix bandes dès que les conditions d’éclairage solaire seront optimales. Ce niveau de détail promet d’enrichir la compréhension des caractéristiques du sol lunaire. Le SLIM n’est pas conçu pour survivre à la nuit glaciale lunaire qui dure deux semaines, mais la robustesse de sa conception laisse entrevoir la possibilité qu’il se réveille de sa léthargie pour mener des observations supplémentaires le mois suivant.

L’atterrisseur et ses compagnons, ev-1 et lev-2

L’aventure du SLIM ne se limite pas à lui seul; introduisant une première pour le Japon en termes d’atterrissage lunaire doux. Le petit module avait embarqué avec lui deux mini-rovers, EV-1 et LEV-2, ce dernier ayant bravé l’espace pour immortaliser le SLIM dans son état renversé. Les rovers, jusqu’à présent, fonctionnent impeccablement et continuent leur mission d’exploration.

Il est à noter que SpaceX prévoit un lancement significatif qui pourrait enrichir cette ère d’exploration robotique lunaire. Le SLIM s’inscrit dans un contexte où plusieurs pays se lancent dans la course lunaire, et où des missions telles que IM-1 de Intuitive Machines, qui envisage d’atteindre la surface lunaire à bord d’une fusée Falcon 9, marquent également l’orientation future de la conquête spatiale.

Le Japon rejoint donc le club restreint des nations ayant réalisé un atterrissage en douceur sur la Lune, poursuivant ainsi l’exploration spatiale initiée par le succès de missions telles que celle de l’Union soviétique, des États-Unis, de la Chine et de l’Inde. Avec SLIM, le Japon espère apporter sa pierre à l’édifice scientifique concernant la compréhension de notre satellite naturel et de l’histoire du système solaire.