Ondes scalaires ou longitudinales

Comment notre cerveau produit-il des ondes scalaires ?

Le physicien serbe Nicola Tesla (1856-1943) découvre le premier les ondes scalaires en 1899. Il les appelle “énergie radiante” à l’époque. En fait, il s’agit d’ondes porteuses magnétiques qui peuvent transporter des informations modulées, comme les ondes radio hertziennes. Contrairement aux ondes radio, les ondes scalaires peuvent transporter des informations de toute nature sur plusieurs kilomètres, sans perte d’énergie. Les ondes magnétiques scalaires surviennent avec presque tous les processus électromagnétiques et se produisent partout, y compris dans les systèmes biologiques. Les ondes scalaires peuvent transmettre des informations directement dans le corps humain. Cela se produit avec une énergie douce, imperceptible et complètement inoffensive pour le corps. Le cerveau figure parmi les émetteurs d’ondes scalaires. Comment notre cerveau s’y prend alors pour générer ou émettre des ondes scalaires ?

Rappelons d’abord quelques propriétés des ondes scalaires

Dépourvues de masse, les ondes scalaires se propagent longitudinalement dans une direction et peuvent atteindre plusieurs vitesses de lumière. Une fois partie d’un émetteur (le soleil par exemple), elles traversent la matière (y compris la terre) sans perte d’énergie et peuvent arriver avec une énergie supérieure à celle envoyée. Elles couvrent des distances beaucoup plus rapidement que les ondes hertziennes diffusées.

Le physicien russe Nikolai Kozyrev
L’astrophysicien d’origine russe, Nicholai Kosyrev, développe dans les années 1940 -1950 des télescopes puissants dont il se sert pour enregistrer l’énergie scalaire des étoiles. Grâce au décalage vu par rapport à leur position dans le visible, il constate que la vitesse de propagation de l’énergie scalaire est infiniment plus rapide que celle de la lumière (c=299 792 458 m / s). Einstein n’avait donc pas raison ! 🙂

Parce qu’elles sont sans masse, les ondes scalaires ne génèrent ni chaleur, ni électrosmog (pollution électromagnétique). En raison de leurs vitesses différentes, les ondes scalaires selon Konstantin Meyl ont des propriétés et des caractéristiques différentes.

Lorsque leur propagation se fait à la vitesse de la lumière, elles ont des propriétés de photons. Quand elles sont plus lentes que la vitesse de la lumière, les ondes scalaires ont des propriétés d’ondes de plasma. Et si elles se déplacent plus vite que la lumière, elles ont les caractéristiques des neutrinos

Mécanismes de production des ondes scalaires dans le cerveau

Le cerveau est, à la fois, un émetteur et un récepteur d’ondes scalaires, selon Thomas Bearden. Le cerveau produit des ondes scalaires par l’entremise de ses hémisphères, quasi-symétriques, droit et gauche. L’hémisphère droit est responsable de la perception, des émotions, de la prise de décision et de l’action. L’hémisphère gauche est le siège du langage, du calcul et de la lecture. Les deux hémisphères cérébraux combinent leurs fonctions pour former un interféromètre scalaire. Ces hémisphères peuvent créer des modèles d’interférence à partir de faisceaux d’interférence qui focalisent l’énergie ou les ondes électromagnétiques à distance.

La technologie scalaire utilise les principes d’un interféromètre pour transmettre des informations et de l’énergie à l’espace via des «hyperchannels». Le cortex des deux hémisphères du cerveau humain fonctionne comme un interféromètre scalaire. Une augmentation des fluctuations du niveau de vide se produit dans le cerveau. Cela produit les effets observés dans les systèmes de traitement de l’information du cerveau. Le cortex des deux hémisphères a la capacité de produire des ondes scalaires et des rayons scalaires, qui forment des modèles d’interférence à distance.

Les aspects invisibles du fonctionnement scalaire du cerveau sont paranormaux. Selon Bearden, la vision à distance, la télépathie, la clarté, la psychocinèse, etc., tous les phénomènes de la parapsychologie classique s’expliquent par les propriétés des ondes scalaires. Les ondes scalaires opérant dans l’hyperespace ou le vide de l’espace virtuel sont associées au même champ d’activité que la sphère mince ! Le réseau neuro-synaptique du cerveau est idéal pour créer une onde scalaire. Pris ensemble, le cerveau et le système nerveux forment un système résonnant accordé, c’est-à-dire un véritable détecteur / émetteur d’ondes scalaires

Comment nous, les humains, générons et transmettons nous-mêmes des ondes scalaires ?

La concentration des pensées crée des tensions électromagnétiques dans le cerveau humain. Ces tensions électromagnétiques sont communément appelées « éclairs de pensée » ou « éclairs d’inspiration ». Nous pouvons les rendre visibles à l’aide d’un électroencéphalogramme (EEG). Obtenu à l’issu d’un examen médical dénommé électroencéphalographie. l’électroencéphalogramme est le tracé de l’activité électrique du cerveau.

Si l’on agrandissait le cerveau humain à la dimension des nuages ​​météorologiques, les tensions électromagnétiques des « éclairs d’inspiration » correspondraient aux tensions des orages.

Les ondes scalaires surviennent toujours pendant les processus électromagnétiques et contrôlent les informations entre les cellules du corps. Avec chaque « flash de pensée » généré par les ondes électromagnétiques, les ondes scalaires apparaissent en même temps. Grâce à la pleine conscience, la concentration et la méditation, une personne formée peut augmenter considérablement l’effet des ondes scalaires. Avec une telle « énergie de foudre », les gens transmettent leurs pensées et leurs sentiments au monde extérieur. Le monde extérieur devient un miroir du monde intérieur !

Notons aussi cette autre observation scientifique passionnante. Le physiologiste italien Giacomo Rizzolatti découvre, dans ses expériences sur les neurones miroirs, un transfert spontané d’informations d’une personne à un animal et le décrit en 2006. Il continue ensuite à observer comment les informations motrices et émotionnelles se transmettent spontanément de personne à personne, de personne à animal ou d’animal à animal. Il s’agit de l’effet des ondes scalaires.

Ondes scalaires ou longitudinales
Des chercheurs ont découvert que l’échange d’informations dans tous les systèmes vivants se font à l’aide des ondes longitudinales ou ondes scalaires. C’est sur ces fréquences que communiquent nos cellules. Et le principal résonateur de ces cellules n’est rien d’autre que la double hélice de l’ADN.

Thérapie aux ondes scalaires

Les informations sur les vibrations provenant de moyens homéopathiques, phytothérapeutiques, énergétiques et allopathiques ou même de la musique sont introduites dans le système physique de l’émetteur d’ondes scalaires et du récepteur d’ondes scalaires. Le patient est assis entre l’émetteur et le récepteur.

Les ondes scalaires traversent l’organisme de manière inaudible et imperceptible à la vitesse de la lumière. Le corps peut recevoir les informations transmises comme un récepteur radio, comme un « co-récepteur ». Les effets secondaires, la désinformation des agents allopathiques, qui sont liés aux effets chimiques, ne sont pas communiqués. Avec les ondes scalaires, les informations positives des médicaments allopathiques peuvent être introduites dans le corps sans effets secondaires.

Si nous utilisons une adresse d’information comme un liquide corporel, le sang ou la salive d’un patient, les ondes scalaires transmettent exactement les informations de vibration spécifiées à ce patient, sans perte d’énergie. La transmission fonctionne également sur de longues distances, sur des centaines et même des milliers de kilomètres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *